samedi 30 avril 2016

Une soirée de juin 1979, 22h30 - Pays Bouzonvillois (57): Contact lumineux établi entre des veilleurs et un OVNI


Certains rapport d'observations relatent des interactions entre les témoins et le ou les "objets" observés, voici l'un d'eux...

Nous, nous trouvons une fois de plus sur la petite route bien connue des lecteurs assidus de ce blog. La raison en est simple, les signalements dans ce secteur furent nombreux à l'époque et il était devenu courant d'y effectuer des veillées. Aujourd'hui, il ne semble plus rien s'y passer (en apparence). Le trafic est devenu plus dense et l'horizon est pollué par un parc éolien.




Description de l'enquêteur qui assista à la scène.

J’avais positionné ma voiture en marche arrière dans un petit chemin perpendiculaire à la petite route par laquelle nous étions venus moi et un camarade afin de nous positionner pour des observations du ciel.

Nous étions postés sur une petite hauteur, bien dégagée avec une superbe vue surplombant de petits vallons, en un lieu désertique et silencieux.

Le ciel était étoilé, magnifique et sans lune. Pratiquement pas de lumières parasites si ce n’étaient quelques lampadaires de deux petits villages à l’horizon. Un bon endroit (mais il y a mieux) pour faire des observations astronomiques.

Vers 22 h 30, un volume de lumière rouge orangée, de la taille d’un petit pois tenu à bout de bras, apparaît au loin, à la verticale du village d’Hestroff. Comme j’avais mon matériel habituel pour les observations de nuit, je sors mes jumelles et j’observe la lueur. Impossible de voir une forme géométrique. Une idée me vient et je prends mon flash électronique.

Comme nous sommes en pleine nature, dans un endroit sombre et isolé, sur une hauteur, je verrais bien si la chose va réagir à un éclair du flash. Et c’est ce que je fais.




Premier éclair: La lueur se déplace lentement sur la droite et s’immobilise

Deuxième éclair: La lueur revient à sa première position et s’immobilise

Troisième éclair: La lueur part vers la gauche pour s’immobiliser sur une distance pratiquement égale à la précédente sur la droite.

Quatrième éclair: La lueur revient à sa position de départ et reste immobile.

Cinquième éclair: La lueur s’éteint et trois petites lumières blanches s’allument. Ces lumières sont alignées à plat.




Sixième éclair: Les lumières s’inclinent, celle de gauche étant plus basse que celle de droite, et viennent vers nous.




Comme j’avais mis ma voiture avec l’avant dirigé vers la route, que la chose venait vers nous avec l’intention de passer devant la voiture et que j’avais la vitre côté conducteur, ouverte, je me suis dit que je vais l’éclairer à son passage avec les longues portées du véhicule. Et c’est ce que j’ai fait.




Résultat: Je voyais très bien l’herbe sur la colline d’en face, mais la chose était un peu plus haut à environ une vingtaine de mètres tout au plus et nous ne l’avons pas vu. Dommage !

L’objet, qui est passé à moins de 100 mètres, était silencieux jusqu’au moment où il est arrivé à notre hauteur, on a entendu un très, très léger bruit ressemblant à celui que fait un moulin à café
manuel lorsque l'on écrase du grain.




L’objet c’est dirigé vers l’Allemagne à très basse altitude et à vitesse lente. Lorsqu’il est arrivé à ma hauteur, il y avait un éclairage en forme de faisceau très ténu vraiment très faible, de couleur blanche, qui éclairait le ciel en faisant un angle droit avec les trois lumières blanches.

Plusieurs jours plus tard, j’apprenais qu’un objet avait été vu le samedi matin, très tôt (donc le lendemain de notre observation) posé au sol le long d’une autoroute près de Trêves, par un jeune couple qui circulait en voiture.

La trajectoire de l’objet de notre observation allait vers la direction de Trêves. Etait-ce le même objet ?

Une précision à propos de mon flash: C’était un ancien modèle à condensateur. Il fallait environ 8 secondes pour qu’il se recharge entre chaque éclair.

Rapport: M.T. (CFRU)


samedi 23 avril 2016

Mardi 18 juin 2013, Vitry s/Orne (57): Un bien étrange PAN lumineux "plasmoïde" (observation personnelle)


Il fallait que j'aborde ici certaines de mes observations. Celle-ci reste la plus pertinente à mes yeux et vise à revoir la notion même de ce que peut-être un OVNI, que cela soit dans sa façon de se déplacer, de changer de cap ou en modifiant son aspect.

Sans plus attendre, je vous plante le décor...



La Tour de Drince (Alt. 389 m)


Description de l'observation: 

Paré pour une veillée, je décide de m'installer sur le territoire de la commune de Vitry s/Orne au lieu-dit "le Justemont" (siège d'une ancienne Abbaye, aujourd'hui C.A.T.). Altitude: 270m environ avec vue sur la vallée entre Gandrange et Rombas, l'endroit donne plein Sud, la Lune est visible sur ma droite. 




A 22h30 précise, je regarde en direction de la colline ou se dresse la Tour de Drince quand j'aperçois au niveau du lieu-dit le "Haut des côtes" une lueur orangée que je prends dans un premier temps pour un véhicule avançant sur une route carrossable dans la forêt, soudain, elle accélère, devient de plus en plus rougeoyante, un rouge particulier (voir la description plus loin), cette chose finies par s'élever dans le ciel au-dessus des collines, vire vers la droite, réduit un peu d'intensité lumineuse, change légèrement de cap vers la gauche avant de disparaître de mon champ de vision. 

Le vent était orienté au Nord (dans le dos par rapport à ma position). Pour conclure, le phénomène est apparu plein Sud à une altitude inférieure à la mienne, il s'est dirigé vers le Nord-Ouest puis mets le cap légèrement vers l' Ouest (déplacement sur une magnitude comprise entre 220° et 270°) avant de disparaître totalement. 

Il ne s'est plus rien produit durant le reste de la soirée avec entre-temps un collègue qui était venu me rejoindre.  Il n'avait pu se libérer plus tôt, nous aurions étés deux ce qui aurait donné plus de consistance au témoignage vis-à-vis de ceux qui doutent de tout...




Site de la veillée (Alt. 270 m)


Hauteur angulaire: De 0° à 20° environ. 

Il est impossible compte-tenu du vent dominant qu'il s'agisse d'une lanterne céleste tirée au coeur du bois, cela n'a pas de sens ! 

En revanche, je note la présence d'une L.H.T. Depuis ma position, soit un peu plus de 4 km de distance, il m'est impossible de dire ci ce PAN faisait corps avec cette ligne ou s'il était parallèle pendant son évolution, de plus je doute qu'un phénomène provoquant un court-circuit sur une chaîne d'isolateurs de pylône électrique comme amas incandescent plasmoïde puisse quitter un câble pour s'élever dans les airs et changer de direction comme il l'a fait avec un vent contraire, les phénomènes électriques ont plutôt l'aspect d'éclairs ou de boules de plasma dans les tons blanc/bleu/jaune clair et sont bien plus éphémères...

Une photo à une telle distance n'aurait rien donnée de concluant, de plus mon appareil était équipé d'une bonnette à réseau de diffraction (inopérante au-delà d'une centaine de mètres). Je me suis contenté de regarder cette lueur triboluminescente avec ma paire de jumelle (terme qui me semble ici adapté). Cela évoquait une lumière "vivante" de couleur rouge cuivrée que l'on regarderait à travers un cristal. Les tremblements dus à l'excitation du moment ne m'ont pas permis de décrire de forme particulière. Seule certitude, il ne s'agissait pas d'une sphère parfaite mais quelque chose qui semblait être muni d'angles.



Image à titre anecdotique pour tenter de définir ma vision



Estimation de la taille du PAN: 

Si l'on prends compte de la distance qui est parfaitement connue, puisque cette chose se découpe sur un champ plein et en visionnant le passage des voitures sur la route en contrebas de la colline, nous arrivons à obtenir une taille comparable à celle d'une petite fourgonnette. Il s'agit donc d'une lueur assez imposante et encore une fois incompatible avec une de ces stupides lanternes. Supposons que plusieurs aient étés reliées entre-elles, cela reste tout aussi stupide puisque l'accélération brutale, le déplacement en marge du vent dominant et les changements de caps sont irréalisables avec de vulgaires lanternes de papier.


Notes diverses et complémentaires:

Compte-tenu de son déplacement, le phénomène aurait pu vraisemblablement être aperçu depuis la zone de loisirs du Fond St-Martin, mais à cette heure, même durant l'été, le site est fermé pour la nuit.

J'ai soumis mon observation au professeur Raymond Piccoli du "Laboratoire de la foudre", pour lui, il ne s'agit aucunement d'un quelconque phénomène lié à la foudre globulaire ou à la foudre tout court. Cet événement l'a toutefois intrigué au point de me diriger vers le GEIPAN ce que j'ai bien sur décliné, ce dernier ne me serait d'aucune utilité. 

En revanche, je me suis décidé à faire ma déposition via la base de données OSPAN crée par Cyril Casula afin qu'il puisse en rester une trace et que cela puisse servir comme point de départ pour une étude sérieuse sur ces mystérieuses et insaisissables lueurs visibles un peu partout sur la planète.

Cette colline est délimité au Nord et au Sud avec deux failles parallèles orientées dans le sens Sud-Ouest / Nord-Est. Nous sommes sur un réseau karstique avec de petites grottes visibles çà et là. Il y a également une source d'eau chaude. 



Contexte géologique


Présence d'une occupation protohistorique de longue date avec des abris sous roches ainsi qu'un oppidum sur un éperon barré antérieur à la colonisation Romaine qui devait servir de camp retranché. 

Juste à côté se trouve un tertre funéraire (tumulus). Un mégalithe porte le nom de "La pierre qui tourne". Il s'agirait d'un menhir renversé qui ne fut découvert qu'en 1903 par un inspecteur des forêts, il se situerait non loin de l'oppidum Médiomatrique.



"La Pierre qui tourne" (désolidarisée de son socle)


Au lieu-dit "les Roches" on trouve une falaise avec des aménagements troglodytiques occupée au moins depuis l'époque Romaine.



Les Roches (Crédit photo: HRV)


Le village voisin de Pierrevillers est une ancienne possession Templière qui plus tard fut léguée aux chevaliers de Saint Jean de Jérusalem, de nombreuses bornes présentes en forêt datées de 1446 marquées de leurs croix caractéristiques (croix de Malte) attestent leur présence, la plupart de ces bornes ont aujourd'hui disparues, il en resterait plus que 13, elles sont disséminées dans le bois dit des seigneurs, à l'origine d'après une ancienne carte on pouvait en dénombrer 52. 



Borne Templière


Subsiste l'entrée d'une ancienne mine de fer et crevasses liées à l'exploitation (1914-1920).

La tradition populaire fait référence d'une légende ou l'on parle de trois fées (les Tiffenottes), les récits divergent en fonction des auteurs, mais il est question d'un sort jeté à un vacher. 

Sur une zone située à l'Ouest, juste derrière ce point culminant en direction du plateau vers Malancourt la Montagne ont été rapportées au moins trois cas observations de PAN triangulaires évoluant non loin d'un site d'enfouissement et de revalorisation de déchets. Mais il y a surtout d'immenses carrières à ciel ouvert d'extraction de calcaire oolithique du Bajocien supérieur dit de Jaumont qui contient une certaine proportion de fer. L'une de ces carrière était déjà exploitée à l'époque Romaine. 

Tout ceci mis bout à bout semble constituer une zone de choix en matière de veillées in-situ. La disposition de caméras automatiques de surveillance trouveraient ici tout leur sens. 

Je trouve personnellement cette accumulation de corrélations avec le phénomène tout à fait exceptionnelle pour le périmètre en question.


dimanche 17 avril 2016

17 juillet 1983, Aux confins des Vosges et de la Haute Marne : L'affaire qui défraya la chronique (possible abduction)


Cette affaire a fait le tour du monde. Nous l'a retrouvons dans bon nombre d'archives à l'étranger.

Bien qu'elle se soit passée dans un département voisin de la Lorraine, c'est le long des frontières de celle-ci que l'histoire s'est déroulée et donc attire toute notre attention, d'autant plus que ce n'est pas la première fois que d'étranges objets volants sont signalés dans la petite vallée du Mouzon entre Bourmont et Gendreville (enquêtes en attente).






Je ne ferais que reproduire les différentes sources Françaises liées à cette affaire. A commencer par Jimmy Guieu puisqu'elle parait à la page 33 de son ouvrage: "Nos Maîtres les Extraterrestres" (Presses de la cité - 1992).

"S.G. est littéralement aspiré par un engin lumineux (qu'il avait déjà aperçu quelques jours plus tôt) et perd connaissance. Il reprend conscience six kilomètres plus loin, souffre de troubles de la vue, perte de mémoire et son corps est couvert d'ecchymoses. Il sera hospitalisé pendant plusieurs jours et avouera par la suite avoir vu "à bord du vaisseau, de petits bonshommes tous laids et gros, avec des oreilles pointues".

Citation également reprise dans l'ouvrage de Robert Roussel : " Ovni, les vérités cachées de l'enquête officielle ", éditions Albin Michel 1994, p. 125, 126).

Cette nuit une abduction s'est produite dans Sommerécourt, France. Vers 22h00, un globe lumineux a paralysé un homme de 45 ans, Mr S.G. Il lévita dans les airs. Il perdit conscience à ce moment et éprouva un épisode de temps manquant. Il repris conscience à l'hôpital. Il raconta qu'il errait "comme un robot" et s'est rappelé avoir communiqué avec de petits être avec des oreilles pointues."

Le témoin fut choqué avec des contusions, ecchymoses et douleurs oculaires.

Sources: LDLN n°317



Présence d'une faille à l'Ouest de la commune et de l'ancienne cité-forteresse de La Mothe



Le journal Vosges Matin publie: ceci (Format PDF)





Le GEIPAN situe la scène sur le territoire de la commune de Bourmont (ce qui serait plus juste si l'on en croit la mention: "La Montagne", endroit ou semble t-il, il fut retrouvé ?). Voici ce que nous pouvons lire sur leur site respectif...

Observé le : 17-07-1983 
Région : Champagne-Ardenne 
Département : Marne (Haute) 
Classe : B 

Résumé : Observation d'une boule de feu happant le témoin. Peu crédible Description : Suite à plusieurs observations de phénomènes lumineux faites de nuit les 15 et 16 juillet 1983, un témoin décide d'aller le 17 juillet vers 21h30 observer aux jumelles ce qui se passe sur une colline. Plusieurs heures plus tard ses proches le retrouveront chez lui hébété, portant des blessures sur le corps et fortement traumatisé. Il affirme avoir été happé par une boule de feu jaune-orangé puis être retombé quelques kilomètres plus loin. Son discours incohérent et ses blessures inciteront sa famille à l'hospitaliser. L'enquête démontrera que ces phénomènes lumineux ont pu réellement avoir lieu : en effet sur cette colline passe une ligne à haute tension d'EDF où ont pu se produire des arcs électriques. Le témoin a effectivement pu être victime d'un choc électrique du fait de la présence de la ligne HT (60 KV) et du temps très orageux mais l'explication de " l'enlèvement" semble peu crédible.

Compte-rendu : Aucun.

Le procès verbal est consultable: ICI (Format PDF)






Ici, point de failles, mais un site historique en particulier, l'ancienne cité-forteresse de La Mothe, un site à l'atmosphère étrange. Pour en savoir plus, visitez le blog suivant.




samedi 16 avril 2016

Samedi 30 mai 2009: Falck (57), observation d'un "carré lumineux"




Six personnes étaient attablées au-dehors (barbecue) chez l’un des couples. A 23h00, brusquement, une dame aperçoit une chose lumineuse dans le ciel, venant vers eux et alerte les autres convives. Ils constatent qu’un objet jaune/blanc très lumineux, vient vers eux très lentement et dans le plus grand silence sur une trajectoire parallèle au sol et à une altitude difficile à estimer mais pouvant se situer à plusieurs centaines de mètres (peut-être 1000 mètres ?), difficile de juger.

L’objet était entouré d’une sorte de halo rouge vif. Un des témoins affirme que cela ressemblait à "des petites flammes" mais sans en être réellement. "Elles semblaient trembler; c’était assez bizarre !"



Le PAN fait son apparition à 330° puis vire en direction de l'Ouest


La taille apparente de l’objet dans le ciel, correspondait presque à la surface d’une main, bras tendu. Après s’être avancé vers eux en venant du Nord (330° NM) pour 15° à 20° d'élévation. Le mystérieux objet tourna sur la gauche des observateurs pour se diriger vers l’Ouest (260° NM).



Le PAN s'éloigne vers l'Ouest, en direction de la faille


Sa forme, vue de côté, ressemblait à une sorte de cube arrondi, jaune vif à sa partie avant et rouge vif à l’arrière. Une des personnes présentes, a eu le temps d’aller chez elle (sa maison étant située en face du lieu du barbecue) pour prendre une paire de jumelles (7 X 50).




Elle est sortie et a pu observer l’objet qui disparaissait à l’horizon. Elle affirme que l’objet observé par l’arrière avec ses jumelles, avait une forme carrée. Il n’y avait aucune traînée à l’arrière de l’objet. Il n’y a eu aucune anomalie d’ordre électrique dans le secteur. Rien d’anormal n’a été signalé.



Tracé parcouru par le PAN lumineux


Récapitulatif.

Etat du ciel : Etoilé. Lune à son premier quartier
Vent : Inexistant et température très agréable
Durée de l’observation : Environ 5 minutes
Trajectoire : Venant du nord (330° NM) et allant vers l’Ouest (260° NM)
Elévation : A environ 15° à 20° au dessus de l’horizon
Dimension : Surface d’une main bras tendu
Témoins : 6 adultes


Source: M.T. pour LDLN



Contexte géologique


Notes personnelles: Au premier abord, cette observation collective pourrait faire penser au passage d'une lanterne Thaïlandaise, un samedi soir, quoique que de plus normal ? Pourquoi pas ? Mais l'aspect de l'objet et surtout son cheminement doit nous orienter vers une autre piste... Celle d'un PAN naturel ? Probable ! Ou peut-être pas... 

Quoiqu'il en soit, le secteur est un peu particulier géologiquement parlant, c'est un secteur de collines de grès du Trias inférieur ou par le passé furent exploitées des mines de plomb et de cuivre (lieux-dits Petite et Grande Saule). 

Le site de la "Petite Saule" est un ancien lieu occupé au Néolithique moyen avec un atelier de taille de pierres. Une faille est située sur le territoire, le PAN, (définissons-le ainsi), s'y dirigeait. 

Une ancienne voie Romaine passe sur le territoire de la commune voisine de Tromborn (sur le plateau au Nord-Ouest).

Dans l'optique d'une unique lanterne, il serait possible d'envisager l'endroit ou "la mise à feu" s'est effectuée. Simplement en fonction du lieu ou est apparue cette lueur. Ainsi nous pouvons envisager que son propriétaire l'a faite décoller depuis le plateau de la commune de Tromborn, au bout d'une petite route sur laquelle une table d'orientation est installée. 

Mais un vent de Nord, Nord-Ouest aussi faible soit-il, est-il envisageable pour une fin mai ? Le vent était-il en mesure de se faire dévier de sa trajectoire principale en fonction du relief du secteur et par la même occasion cette chose ? Se pose encore la question du temps total de parcours, était-il compatible avec la durée de vie moyenne d'une lanterne ? 

Beaucoup de questions resteront sans réponses...


Une matinée de novembre 1997, autoroute à la Frontière Belgo-Luxembourgeoise: Un gigantesque paralélépipède effrayant


Dans les récits d'observations, il arrive que parfois nous sommes bien loin d'avoir à faire à un hypothétique petit point lumineux suspect, c'est ce que nous allons voir dans cet exemple Luxembourgeois au caractère ostentatoire...




Un habitant d’Amnéville fut le témoin d'une surprenante observation d'un objet rectangulaire gigantesque au-dessus de la forêt de Wiltz au Luxembourg à 15 km de Bastogne (Belgique).

Entre 5h50 et 6h00 du matin, quelque part sur l'autoroute (A26/E25 ?). Selon le témoin, cet objet était gros comme un immeuble de 8 étages, faisant un bruit d'enfer, comparable à celui des hauts fourneaux des usines métallurgiques, quand elles existaient encore dans sa région. 

« Je suis descendu de la voiture, et j'ai grimpé dans un arbre pour observer ce monstre immobile, à la cime des arbres.

Cela ressemblait à un immeuble couché et sur l'arrière de l'engin apparaissait un dôme éclairé. Sur l'un des côté j'ai pu observer des sortes de hublots, eux aussi éclairés. Ces hublots avaient une
forme de voûte, une à l'endroit une à l'envers.

Tant que l'engin resta immobile le bruit persista, puis l'engin vira de bord, comme s'il recherchait une trajectoire de vol, et soudain, alors sans un bruit, il se déplaça en vitesse lente pour ensuite s'évanouir à une allure fulgurante dans le ciel étoilé ».

Source: UFO57 (site aujourd'hui disparu et administré à l'époque par Mr Patrick Jendricke).



Contexte géologique


Notes personnelles:  Il m'a paru important de publier l'existence d'un tel cas. Bien que nous ayons ici peu d'éléments concernant la date et le lieu exact de l'événement, il restera probablement longtemps gravé dans l'esprit du témoin, tant la vision et le bruit de cette chose paraissait sortir tout droit d'un film cauchemardesque de science-fiction, tendance Cyberpunk.

Le secteur de Wiltz est essentiellement forestier et vallonné, il n'y a pas d'usines. Le seul point peut-être un peu particulier du secteur à relever serait la présence de la retenu de barrage sur la rivière Sûre. Notons aussi deux importantes failles situées au Nord-Ouest de la commune (traits rouges à picots sur la carte).


mercredi 13 avril 2016

Mardi 11 mai 2010: Observation d'un disque blanc au-dessus de la centrale thermique de La Maxe (57)


Je relaye ici un cas survenu à mon ami et collègue Olivier De Sedona (pseudo), animateur "d' UFO Conscience ", émission diffusée en différé le vendredi soir sur Radio Nord Bretagne. Retrouvez les podcasts de ces émissions sur Youtube, Facebook, Twitter sans oublier son blog.

Dans le respect de ces émissions, vous prendrez soin de ne pas zapper la musique du générique lors de chacune de ces interview. C'est pour lui, une petite source de revenus. Merci !


Voici son récit en quelques lignes.

Pour résumer mon observation en quelques lignes le Mardi 11 Mai 2010, je pris ma voiture pour me rendre chez un ami qui habite près de Thionville, dans le département de la Moselle en région Lorraine. 





Arrivé à hauteur de la centrale thermique E.D.F. de La Maxe (non loin de Metz), j'aperçois un objet blanc de forme circulaire plat, suspendu dans le ciel comme accroché mais immobile. L'objet est dans une partie du ciel complètement dégagé et semble se trouver à environ 200 à 300 mètres de hauteur. Il se trouve légèrement de côté et face à la centrale E.D.F. 

Il est environ 20h40 et il fait encore jour. Je regarde à plusieurs reprises et penche la tête seul au volant de ma voiture. Bizarrement et pourtant face à ce phénomène très étrange, je juge qu'il est trop dangereux de m'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence pour observer l'OVNI. Je décide donc de continuer ma route et de trouver la première sortie pour m'arrêter afin de pouvoir observer l'objet plus tranquillement.





Illustration (peinture) de l'observation d'Olivier offerte par Laurence, une fidèle auditrice "d'UFO Conscience"



A la première sortie, je commence à m'engager sur une autre portion d'autoroute en direction de Paris-Strasbourg ce qui m'éloigne de plus en plus de la centrale thermique E.D.F. La nuit commence à tomber, je décide de faire demi-tour en direction de Thionville et d'abandonner l'observation. 

J'ai également constaté après coup que je n'avais pas eu le réflexe de prendre une photo avec mon téléphone portable. Mais vu que j'étais seul au volant de ma voiture il aurait été trop dangereux de le faire et de toute façon la qualité aurait été médiocre...



Vers 23h40, lorsque j'étais chez mon ami qui habite Konacker juste à coté de Thionville et à environ 10 km à vol d'oiseau de la centrale nucléaire de Cattenom nous avons entendu la sirène d'alerte retentir pendant 2 minutes. Je parle bien de la fameuse sirène que l'on peut normalement entendre pendant une minute seulement, diffusé à midi le premier mercredi de chaque mois dans les villes de France. 


Est-ce que mon observation de l'OVNI faite à 20h40 aurait un lien avec la sirène d'alarme qui s'est mise en route si tard à 23h40 ? Ou bien est-ce une simple coïncidence...?






Notes personnelles:

Pour info, cette centrale a souvent fait l'objet d'observations (essentiellement des lueurs nocturnes) il n'y a pas si longtemps encore. Toutefois, E.D.F. a décidé d'abandonner la production dans le cadre du programme de modernisation du parc thermique en France. L'Usine d'Electricité de Metz qui prends le relais pour alimenter le site. La destruction de la cheminée quand à elle, est programmée dans le courant de l'année 2018.

La centrale est reliée par un important réseau très haute tension faisant partie intégrante d'une gigantesque toile qui s'étendait notamment au Nord, vers le CNPE de Cattenom, ce qui par définition, représente une sorte de couloir fréquenté par des OVNI à défaut de les nommer autrement. C'est également un couloir aérien à trafic soutenu. 

L'électricité étant une importante source d'énergie, nous pouvons spéculer sur le fait qu'elle ait un rôle à jouer dans la problématique de nos recherches. Les cas de survols de lignes haute-tension par des OVNI ne sont pas isolés ...


Source originale (Blog d'Olivier De Sedona)



Dimanche 10 février 1980: secteur de Bouzonville (57), visite d'une étrange sphère verte



Le secteur de Bouzonville est bien desservi en failles dont "la grande faille de Metz"



Lors de certaines enquêtes, il arrive que l'on soit confronté à des faits cocasses, voici l'un d'entre-eux...


Rapport de l'enquêteur:

Ce soir là, le téléphone sonne et je décroche pour entendre une connaissance me dire quelque chose d’incroyable !

Cette personne me dit : « viens vite ! Il y a les martiens dans le ciel devant chez moi ! J’ai tiré dessus avec ma carabine, ils sont partis à toute vitesse et ils sont tout de suite revenus ! ».

Sur le coup, j’ai cru à une plaisanterie mais il y avait chez cette personne un visiteur qui m’expliqua ce qui venait de se dérouler. Il y avait bien dans le ciel un étrange objet immobile.

Immédiatement, j’ai pris ma sacoche qui contenait tout le nécessaire pour les enquêtes de ce type, j’ai pris ma voiture et je suis parti voir ces personnes. En cours de route, j’ai immédiatement vu cet objet dans le ciel. Je me suis arrêté et je suis sorti du véhicule pour observer une belle sphère lumineuse verte fluo dans un ciel étoilé. Ayant pris mes jumelles, j’ai pu l’observer à loisir.
Elle était bien ronde et lisse (aucune aspérité ou de marque de visible). Elle était absolument silencieuse et immobile. Sa lumière n’éclairait pas les alentours.



Image d'illustration



Après avoir fait quelques relevés, j’ai repris ma route pour aller voir les témoins (ils n’étaient pas très loin, la maison étant située sur la colline près de la route où je me trouvais).

Arrivé chez eux, j’appris que l’occupant des lieux avait acquis une nouvelle carabine 22 long rifle (il faisait parti d’un club de tir) et avait essayé son arme en tirant par la fenêtre vers le ciel sans se rendre compte de la présence de cette sphère.

Ce n’est qu’au moment du tir qu’il a vu la sphère partir à toute vitesse au lointain puis revenir immédiatement sur sa position de départ. Je pouvais l’observer depuis la fenêtre de la maison du témoin, elle était toujours là immobile.

Avant de partir, j’avais téléphoné à un collègue pour qu’il vienne me rejoindre chez le témoin.
Lorsqu’il fut là, nous avons décidé de nous rapprocher de cette sphère pour mieux l’observer.
Mais en cours de route, cette dernière c’est mise en mouvement, lentement.

Nous l’avons suivie sur une quinzaine de kilomètres puis elle a coupé à travers les champs ; il nous était alors impossible de la suivre. Elle disparaissait à l’horizon en virant au rouge tout en passant près du pylône de TV de Luttange (57).

Après avoir relevé la direction d’éloignement de la sphère, nous sommes revenus chez le témoin.
Et là, il me réservait une surprise. Ce monsieur (aujourd'hui décédé) avait pris un stylo feutre, avait dessiné le contour de ses pieds sur le sol, refermé la fenêtre et dessiné sur la vitre la trajectoire de l’objet au moment où on le suivait (peut-être que c’était lui qui nous suivait !). Le témoin avait mis en pointillés les déplacements et un point pour chaque moment d’immobilisation de la sphère (il y en avait trois, chose que nous n’avons jamais observé en roulant en voiture. Cela nous avez échappé.

Les relevés que j’avais effectués et le dessin m’ont permis d’avoir une estimation sur sa taille (1 à 2 mètres de diamètre), l’altitude (275 à 320 m) et les distances (de 400 m environ pour la plus près à 1500 m pour la plus grande) Quelques jours plus tard, par le journal régional, j’appris qu’une sphère lumineuse verte avait été observée, le lendemain de notre observation, près de Verdun par de nombreux témoins. En reprenant l’axe de déplacement de cette sphère, je me suis rendu compte qu’en le prolongeant sur une carte, j’arrivais sur Verdun.

Alors s'agissait-il de la même sphère ?


Source: M.T. (CFRU)

samedi 9 avril 2016

Samedi 7 août 1993: Beux (57), lueur immobile au-dessus d'un carrefour provoquant de violents maux de tête et douleurs musculaires


Les OVNI peuvent avoir une influence négative sur les témoins. C'est ce que nous allons voir ici...

Le danger n'est jamais totalement écarté, bien qu'il ne soit pas souvent de manière intentionnelle. Certains rayonnements diffusés par ces choses peuvent causer des dégâts sur les êtres vivants. Plusieurs cas sont abondamment relayés dans la culture ufologique comme l'affaire Michalak ou bien celle de Cash-Landrum. 

Il est un ouvrage nécessaire de connaître puisqu'il traite en profondeur de la question... Nous le devons à Mr Bob Pratt, il est traduit en Français: "Ovnis-Danger, Appel à la vigilance".






Description du cas:

Un objet volant non identifié a été aperçu samedi soir près de Metz par un habitant de Pournoy-La-Grasse qui a signalé ce phénomène étrange à la gendarmerie.

Il était environ 22h45 Mr M. 45 ans, imprimeur et adjoint au maire de Pournoy-La-Grasse circulait au volant de sa voiture, lorsqu'au carrefour des CD.71 et 71A sur la commune de Beux, il fut ébloui par une intense lumière bleue verte turquoise provenant d'un objet silencieux à l'arrêt au-dessus du carrefour. 





Cette lumière, immobile, qui masquait par son intensité, la lumière des phares du véhicule, resta allumée une minute, puis elle s'éteignit et l'objet s'éloigna à grande vitesse avec un sifflement. Il n’a pas vu la forme de l’objet. 

La source de cette lumière était de forme indéfinie et située à une hauteur impossible à évaluer. Elle éclairait le carrefour sur un diamètre de 20 mètres environ. Le témoin, intrigué par le spectacle, avait arrêté son véhicule sur le côté droit, à quelques mètres du carrefour. Comme la fenêtre côté conducteur était ouverte, il arrêta le moteur et pencha la tête au dehors pour écouter. Absolument aucun bruit n’était perceptible sauf au départ de l’objet.




Reconstitution de la scène


Le témoin n’est pas sorti du véhicule. Alors Mr M. a remis le moteur en route, sans difficulté (ZX diesel) puis il est rentré chez lui.

Par la suite, Mr M. devait ressentir des douleurs musculaires. Le lendemain, intrigué par ce qu'il avait vu, il est revenu sur place. Il fut alors pris d'un violent mal de tête qui s'estompa progressivement à mesure qu'il s'éloignait du lieu où il avait aperçu ce mystérieux objet.

A chaque fois que le témoin se rendait à pieds au niveau du carrefour, il ressentait de violents maux de tête, comme une force qui lui serre la tête avec des bourdonnements. Par contre, lorsqu’il restait dans son véhicule, il ne ressentait rien. 

De toutes les personnes venues sur le lieu, il est le seul à avoir ressenti ce phénomène. Son état physique est resté ainsi durant plusieurs mois à chaque approche du point stratégique.

Une trace suspecte fut retrouvée à une quarantaine de mètres du carrefour, mais rien ne permettait d'affirmer qu'elle soit liée avec l'affaire.

D’autre part, Mr P. de Dain-en-Saulnois, a affirmé à Mr M. qu’une pareille aventure était arrivée à son gendre (médecin) en octobre/novembre 1992 exactement au même endroit tard dans la nuit.

Rapport: MT (CFRU)

Procès-verbal de Gendarmerie sur ce cas (Source GEIPAN).

Notes complémentaires: Aucune présence de croisements de failles dans le secteur pouvant provoquer des troubles chez les personnes réceptrices. Il serait peut-être nécessaire de vérifier sur place la présence d'un vortex ou d'une cheminée cosmo-tellurique. Toute aide d'un radiesthésiste serait la bienvenue.


Fin juin, début juillet 1992: Puttelange-aux-Lacs (57), masse sombre recouvrant les étoiles avec atmosphère électrique


Le cas relayé ici a été rapporté et vécu par un personnage connu des milieux ufologiques, il était accompagné d'une autre personne que nous désignerons par "P." Il fut cité lors d' une interview diffusée à l'époque sur Ado FM dans le cadre de l'émission de Bob Bellanca: " Bob vous dit toute la vérité "...

Le témoin principal ne se souvient plus exactement de la date ni de l'heure, nous savons juste que les faits se sont déroulés durant la période de fenaison, fin juin début juillet 1992, le soir venait de tomber et le travail se poursuivait souvent tard dans la nuit.





Lieu de l'observation : Sur la D.81 entre Puttelange aux Lacs et Guebenhouse (57). Au niveau du grand virage de cette petite route. 

La météo : Aucun nuage, aucune pollution lumineuse puisqu'en dehors des agglomérations. Absence de vent, Lune absente. 

Durée de l'observation : Dix à quinze secondes.

Objet : Un seul de très grande taille, arrondi à l'avant, dans le sens du déplacement. 

Couleur et son de l'objet : Il n'y avait pas vraiment de couleur, il était entièrement noir, il n'y avait aucun bruit.

Déclaration du témoin principal :

Nous venions, mon ami P. et moi de terminer des travaux de fenaison et nous rentrions chez P. ou j'avais laissé ma voiture. Le ciel était très clair et les étoiles très lumineuses et bien visibles car il n'y avait pas un seul nuage. Nous avons quitté la N.74 qui va de Puttelange-aux-Lacs à Sarreguemines, pour emprunter la D.81 en direction de Guebenhouse. C’est une petite route ou la circulation est très rare à l'heure ou nous sommes passés. A la hauteur d'un virage, pratiquement à angle droit, alors que j'observais le ciel, je vis une ombre de très grande taille dans le ciel qui masquait les étoiles. 

Je demandais avec insistance à P. de stopper la voiture, mais le temps que je réagisse devant cette étrange phénomène, que P. stoppe la voiture et que j'en descende, l'objet avait disparu, je l'avais pourtant bien vu. Il pouvait recouvrir trois autobus l'un à côté de l'autre. Il se déplaçait sensiblement à la même vitesse que nous, 50 km/ h environ. Dans le sens de son déplacement, il formait un demi-cercle à l'avant et sa forme à l'arrière et moins nette dans mon esprit, il me semble que les étoiles réapparaissaient dans son sillage, comme une ondulation de chaleur que l'on observe en été sur les routes surchauffées. Sa couleur était d'un noir d'encre, il était plus sombre que le fond du ciel, et s'il n'avait pas masqué les étoiles je ne l'aurai sûrement pas remarqué. 

P. n'a rien remarqué et j'avoue qu'il a du me prendre pour fou. Mais la seule chose que nous avions en commun à ce moment c’est les poils de nos bras et nos cheveux, qui se dressaient comme quand on passe devant la télévision ou que l'on retire un pull-over. Lui, mis en cause la voiture, que celle-ci produisait de l'électricité statique.

Personnellement, je me suis éloigné de la voiture suffisamment pour ne pas confondre un phénomène bien connu avec effet électrique trop puissant pour provenir de sa voiture. Je précise qu'en dehors d'une ligne électrique qui passe à proximité de cet endroit, il n'y a pas de construction. Les seules sources lumineuses provenaient de l'autoroute A4 qui passe à proximité. Et qui au moment des faits se trouvait à gauche sur notre côté, puis derrière nous. Alors que l'objet observé se trouvait d'abord sur le côté droit, puis devant nous. Les vitres de la voiture étaient baissées ce qui supprime tous risques de reflets.

Ce qui nous a mis mal à l'aise c’est l'absence de totale de bruit. Il y a toujours des grillons, le bruit du vent, un certain fond sonore, peut-être celui de l'autoroute; là, rien, absolument rien.


Notes complémentaires:

Il est ici question de la présence d'une grande structure sombre sans feux apparents et recouvrant la voûte céleste. Ces dernières pouvant être de forme parallélépipède, triangle, pyramidale ou en fer à repasser le plus souvent. A cela, notons que certains récits de témoignages font mention d'absence totale de bruit, ce fut le cas. Mais ce qui est intéressant à retenir, les témoins ont ressentis le passage de cette chose provoquant une réaction physique (poils et cheveux qui se dressent au passage de l'objet), même en absence de visualisation par le témoin P.

Géologiquement, il n'y a rien de spécial à signaler, si ce n'est la présence d'eau, deux petits ouvrages militaires sans importance et la proximité de l'autoroute A4, autoroutes qui par la même occasion constituent d'importantes voies de communication ou sont fréquemment signalées ce type de structure gigantesque. J'aurais sans doute encore l'occasion d'en parler à travers quelques échantillons recueillis dans notre région.


dimanche 3 avril 2016

Lundi 16 janvier 1978: Ebersviller (57), une RR2 sans trace apparente


Voici un cas intéressant en deux phases distinctes vécu par deux personnes, dont un enquêteur de terrain. En résulte un traitement de première main... Cet événement est survenu dans un secteur ou se sont produits plusieurs faits ufologiques dont un à Hobling, je vous en avais déjà fait part ici même...





1ère observation, 21 h 55: 

En compagnie d’une autre personne (Mr Philippe M.), j’observe l’apparition d’une puissante lueur rouge cuivre au dessus d’une forêt. J’ai immédiatement arrêté ma voiture et me suis rangé dans un petit chemin sur une hauteur.

La zone se situe en pleine nature. Cette lueur semblait descendre dans la forêt située à environ un kilomètre. Lorsqu'elle a disparue, nous sommes restés un moment à observer un éventuel retour de la lumière. Et c’est ce qui s’est passé...

2ème observation, 22 h 20:

Je ne sais pas si c’était le même visiteur, mais une chose lumineuse est apparue au dessus du village d'Ebersviller dans le lointain. J’avais sorti mes jumelles et je pouvais voir ce qui se passait.

Quelque chose de sombre de forme indéfinie, alluma deux puissants projecteurs à la lumière jaune orange et commença à descendre lentement, dans le plus grand silence, sur une trajectoire en spirale mais dans le sens inverse du mouvement des aiguilles d’une montre. Je pouvais voir dans mes jumelles, l’herbe du versant de la colline où la chose descendait pour se poser et éteindre ses lumières.




On pouvait, dans le silence de la nuit, entendre des chiens aboyer au lointain, dans le village.

Ne connaissant pas bien le secteur à cette époque et mon accompagnateur non plus, j’y suis retourné le lendemain matin pour rechercher d’éventuelles traces.

Et là, j’ai été surpris de constater que le versant de la colline était très incliné et je ne voyais pas comment un objet aurait pu s’y poser. Je n’ai trouvé aucune trace au sol.



Zone approximative ou "l'objet" se serait posé après avoir coupé ces faisceaux lumineux
(Crédit photo: Google Maps)


Par contre, dans l’édition du journal local du surlendemain, il y avait un petit article relatant un fait
divers : Un des caténaires de la voie ferrée qui passe dans le coin, avait fondu. Il n’y avait aucune
explication sur cet incident, surtout qu’il n’y avait pas eu d’orage.

L’incident se situait exactement dans la zone de l’observation. Coïncidence ?

Source: Rapport M.T. (CFRU)


samedi 2 avril 2016

Samedi 12 mars 1977: Brettnach (57), objet cônique rougeoyant surmonté d'une couronne lumineuse

La commune de Brettnach est surtout connue pour avoir été le théâtre de l'une des toutes premières observations d'OVNI triangulaires dans la région (le 8 décembre de la même année). Nous sommes ici en amont de cet événement...



Contexte géologique (plusieurs failles présentes)



Observation effectuée par Monsieur et Madame D. depuis leur appartement de Brettnach le 12 mars 1977 entre 21h20/21h30. L'objet avait une forme conique, allongée, de couleur rouge-orange, surmonté d'une couronne de 8 à 10 lumières d'un rouge très prononcé. Ces lumières scintillaient rapidement.

L'ensemble, très éblouissant, tournait lentement sur lui même de la droite vers la gauche.
L'objet se déplaçait de droite à gauche puis de gauche à droite.

Après 10 minutes de déplacements latéraux, il prenait une trajectoire oblique vers le bas, à droite, pour disparaître derrière les arbres.

Après disparition de l'objet, les témoins pouvaient observer un reflet lumineux en forme de calotte sphérique à la cime des arbres, durant quelques secondes.

La distance séparant les témoins de l'objet, était au minimum d'un kilomètre cinq. (Réf. le sommet de la colline où disparu l'objet).

Les témoins ont utilisés une paire de jumelles 5x50.

L'objet semblait être à la verticale d'une ancienne carrière (Rémelfang). Silence complet au dehors,
mis à part les aboiements d'un chien.

Source: Rapport M.T. (CFRU)




Notes: Il est important ici de noter la présence d'un secteur vallonné traversé par plusieurs failles géologiques. De plus, nous retrouvons d'après estimation, un "objet" évoluant directement à l'aplomb d'une carrière, élément souvent mentionné dans d'autres rapports d'observations. La couleur rouge-orangée (cuivrée) difficile à reproduire ici avec Paint, est typique des témoignages de l'époque.






Jeudi 18 décembre 1975: Ancy-sur-Moselle (57), observation d'un engin rectangulaire muni de hublots carrés éclairés, surmonté d'un dôme



Ancy, il est 7h50, monsieur Benoît C. comme tous les matins, va chercher son pain à la boulangerie. Au retour, le jour commence à se lever. En passant à hauteur d’un des rares terrains non bâtis, il entend des bruits qu’il décrit difficilement, "tili-ti-tili", un peu comme du morse, mais très audible. Le bruit dura deux à trois secondes. En cherchant des yeux en direction du bruit, il observe une sorte "d'assiette" en l’air, à 150/200 mètres de lui, à une dizaine de mètres du sol, dans un mouvement lent d’ascension comme si l'objet venait de décoller. 

La couleur était à dominante grise, un peu comme la teinte d’un avion qui passe. Le corps de l’engin était rectangulaire, surmonté d’un dôme. Dans la partie rectangulaire, étaient disposées 4 ou 5 lueurs carrées comme des fenêtres, qui s’allumaient alternativement jaune-rouge, jaune-rouge. En dessous, le témoin a remarqué plus d’une quinzaine de plaques carrées rouges et jaunes, qui s’allumaient différemment des précédentes : une rouge s’éteignait et toutes les autres s’allumaient.

Le dôme était surmonté de deux petites antennes en "V" assez ouvert. Le témoin a estimé la longueur de l’objet de 6 mètres minimum à 10 mètres maximum. Le mouvement de l’objet a été lent sur une courte montée au début. Ensuite, tout en prenant de l’altitude, l’objet est venu vers le témoin, passant presque à la verticale du lieu où il se tenait, pour disparaître rapidement à la vitesse d’un gros aéronef, vers la Moselle (direction du Sud-Est). Il a semblé au témoin qu’il visualisait tout le temps le même profil de cette "assiette" sans distinguer le dessous, même lorsqu'elle est passée au-dessus de lui, durant cet instant, le témoin a ressenti une bouffée de chaleur lors du passage de l'objet, quasiment à sa verticale.




Les grands carrés rouges s’allument puis les jaunes, ainsi de suite … Pour les petits carrés, un rouge s’allume puis s’éteint, et tous les autres s’allument immédiatement … etc …

Source: LDLN n°156

Notons que l'importante faille de Gorze (ou de Metz) qui s'étends jusqu'en Sarre, passe au Nord de cette commune, juste derrière le groupe fortifié Driant (voir carte IGN), sur un plan Sud-Ouest, Nord-Est.