dimanche 31 janvier 2016

CNEGU, SCEAU, fonds d'archives départementales (ou régionales), késako ?


Bien... Petit soucis, j'avais commencé à rédiger un article consistant, mais manifestement Blogger ne me l'a pas enregistré automatiquement, sans doute un bug temporaire... Bref, quoiqu'il en soit, il est je pense nécessaire de prendre connaissance de ces associations et leurs buts chacune.

CNEGU (Centre Nord-Est des Groupes Ufologiques)

SCEAU (Sauvegarde et Conservation des Etudes et Archives Ufologiques)

Plutôt que de faire un grand discours, utilisons les moyens les moins fastidieux, commençons avec une vidéo ODH Tv en deux parties avec le SCEAU. J'aurais deux ou trois petites choses à dire plus loin concernant le CNEGU...



Première partie



Seconde partie


Le SCEAU ne défends aucune thèse ufologique, il reste neutre à ce niveau là et récupère sans distinction les archives, toutes tendances confondues. Les documents remis, sont sous certaines conditions, en accès libre pour tous.

Vous remarquerez que nous sommes concernés. Le bâtiment des Archives Départementales de la Moselle situé à Saint-Julien les Metz possède près d'une soixantaine de cartons contenants dossiers, monographies, plaquettes, extraits de journaux d'époque de diverses associations Lorraines défuntes ainsi que des fonds personnels. A cela, rajoutons la médiathèque du Pontiffroy à Metz qui recueille principalement des ouvrages et des revues ufologiques qui ne peuvent être archivés par ailleurs.

Si vous voulez entreprendre quelques recherches ciblées aux Archives Départementales, alors ce document vous sera nécessaire dans votre démarche.

En revanche, en matière de position sceptique, le CNEGU est l'un des représentants qui tient le haut du pavé dans l'hexagone, il défend des thèses prosaïques, rien d'autre... Ces membres effectuent des enquêtes, contre-enquêtes, parfois de nombreuses années après les faits, (cycle Saros notamment). Pour se faire, ils reprennent certains cas précis de la base de données du GEIPAN pour des contre-expertises. Font part de leurs découvertes prosaïques aux intéressés. De notre côté, nous constatons que les PAN C et D se réduisent comme peau de chagrin d'année en année. Ce n'est pas avec cette procédure qu'ils éradiqueront le phénomène afin de le réduire à néant, "couvrez ce sein que je ne saurais voir !" (Tartuffe de Molière). 

Des bases de données, il en existe des centaines à travers le monde. De nombreux témoins n'ont jamais signalés quoique ce soit, pourtant des événements ont bien eu lieux et se produisent encore au grand dam de la communauté sceptique, il ne s'agit pas que de simples lumières, encore faudrait-il le rappeler... Encore une fois, il existe des éléments récoltés directement à la source, ne pouvant s'agir de lanternes ou d'aéronefs conventionnels. Invoquer à tout bout de champ sans en apporter la moindre preuve, hormis sur la base établie de quelques cas d'école, des stimuli sociaux de dimension socio-psychologique ne tient pas la route une seule seconde. Encore moins de suspecter un témoin d'être à la source d'une supercherie lorsque la procédure sceptique n'arrive pas à dégager d'éléments suffisamment probants pour l'intégrer dans un schéma sceptique confortable...

Par ailleurs, ils sont à l'origine du rapport VECA concernant les agroglyphes (crop-circle). Ils ont élaborés un espace public (forum dont je tairais le nom). Mais gare à ceux qui ne penseront pas comme eux ! Il n'existe aucune place à l'alternative, leurs paroles peuvent être blessantes, vous voilà prévenu...

Les contributeurs du principal forum sceptique réalisent des opus qui se veulent informatifs. Le CNEGU éditait dans le passé une revue: "Les Mystères de l'Est" (aujourd'hui stoppée), mais encore disponible sous format CD (douze numéros) au prix de 12€ sur leur site respectif.

Courant 2015, le Républicain Lorrain a consacré un article sur cette association. (Cliquez pour agrandir)




Je vous offre ce petit podcast en ligne, signé "Le Balado de la science et de la raison" de Jean-Michel Abrassart (le "ténor" du scepticisme en Belgique)...

Vous l'aurez compris, le CNEGU même s'il réalise un travail de fond, utile pour tout le monde, il y a quelques bons éléments parmi eux, mais... La situation reste bloquée, il existe d'autres domaines et axes de recherches dont celui-ci n'a que faire, c'est un constat. Ils s'estimeront heureux qu'un "croyant" leur fasse de la publicité gratuite, je reste ouvert à leurs commentaires,bien entendu, le respect doit être mutuel, même si l'équilibre reste très fragile, les guéguerres de clans ont la vie dure...



vendredi 29 janvier 2016

Comment s'organiser pour une veillée nocturne ? Quel matériel emporter ? Quelles zones doit-on privilégier ?



Préparatifs d'une veillée effectuée au Stromberg (Sierck Les Bains) en 2013


Quel intérêt me direz-vous à rester dehors la nuit à regarder le ciel alors que les astronomes amateurs le font pour nous ?

Eh bien, pour des raisons et des objectifs qui ne sont pas les mêmes... Les astronomes amateurs rechercheront comme les veilleurs UFO d'ailleurs, les endroits ou la pollution lumineuse sera moindre, c'est à dire à l'écart des grandes zones urbaines et dans un périmètre raisonnable de son domicile. La vocation des astronomes amateurs est de se focaliser sur des points précis du ciel à l'aide de télescopes et autres instruments pour observer le ciel profond afin de ne rater aucun événement. Ils sont annoncés en préambule sur les sites ad-hoc. Nous pouvons agir également de la sorte et improviser une sortie quelques heures avant l'annonce d' une rentrée atmosphérique grâce au site web Aerospace.org (onglet "Upcoming and recent reentries"), si toutefois l'occasion se présentait.



Impact de la pollution lumineuse en Lorraine (Google Earth)



Un petit mot rapide sur cette pollution lumineuse... Nous pouvons constater que le département de la Meuse tient le haut du pavé en terme de couverture, ensuite viennent, le Massif Vosgien, la région de Bitche (Bitcherland) et dans une moindre mesure, le Saulnois (secteurs en bleu). Vous pouvez télécharger ces cartes sur votre PC depuis le site de l'Avex.

Le veilleur choisira ces lieux principalement en fonction de paramètres précis que nous allons voir plus loin, à savoir, quels sont les lieux ou nous avons le plus de chances d'observer de curieux phénomènes. Ces veillées peuvent être organisées toute l'année si les conditions le permette. Mais j'insiste sur l'erreur que font souvent les veilleurs. Ils opteront plus facilement pour un ciel parfaitement dégagé au lieu d'un plafond bas et couvert ne permettant pas de voir les étoiles, météorites et autres satellites. C'est pourtant tout bénef pour eux ! De nombreuses méprises peuvent ainsi être écartées pour n'en garder que l'essentiel.

Je vais vous compter une mésaventure... Avec un binôme, nous avons pu apercevoir un phénomène lumineux inconnu évoluant à basse altitude, à flanc de colline (env. 260 m). Le plafond nuageux était très bas et dense avec une température bien refroidie pour un mois de septembre. Un ressenti de 5° sous l'effet d'un fort vent de Nord-Ouest. La nuit si ces phénomènes daignent se montrer sur des secteurs ou ils sont attendus, ils ont pour habitude d'évoluer non loin du sol (400 m maxi). Les conditions sont alors requises pour avoir de bonnes chances de les capturer avec nos objectifs.

Il faut aussi dans la mesure du possible penser à notre sécurité, car la nuit dans certains lieux, il existe une faune peu recommandable, en tout cas ne jamais se déplacer seul et signaler ces intentions à autrui. D'ailleurs, il est arrivé de nombreuses fois à avoir affaire à une patrouille de Police ou de Gendarmerie, la plupart du temps cela se passe bien et une fois que la conversation est engagée, ils semblent être très intéressés par la démarche et nous posent un tas de questions, ces phénomènes intriguent toutes les couches de la société. Vous pouvez également rejoindre la section locale d'un Cercle Suricate, il en existe un en Moselle, un autre dans les Vosges. Pour ma part, j'effectue çà de mon côté avec un petit cercle de passionnés qu'il est parfois difficile de réunir au complet.

L'attention du veilleur se portera sur un champ de vision beaucoup plus grand, mais pour se faire, il lui faudra un peu d'organisation et de matériel, chose que nous allons voir à présent...

Quel matériel emporter ?

Mine de rien, certains outils peuvent nous rentre de grands services... Voici en général le matériel de base que j'emporte avec moi:

Un sac porté en bandoulière (ou sac à dos) avec le tout matériel nécessaire dedans lorsqu'il faut se déplacer sur une longue distance et que la voiture est hors de portée.

Voyons ce qu'il contient...

Un APN, cela vas de soi, il faut pouvoir immortaliser les scènes qui pourront s'offrir à nous.

Un trépied dépliable, ou bien tenu à la main si votre sac ne peux le contenir, c'est un élément indispensable pour stabiliser votre APN (ou caméra HD numérique), si elle dispose de la fonction "night shot", c'est encore mieux. Personnellement, je n'en possède pas, mon APN permet de le faire le cas échéant.

Autre élément indispensable, la bonnette à réseau de diffraction pour analyse spectrographique à disposer devant l'objectif bien évidemment, ce n'est pas chose aisé avec les modèles diapositives il faudra les adapter en fonction de l'appareil utilisé.

Une montre à l'heure locale, en état de fonctionner (très important pour procéder aux futures vérifications d'usage au retour de la veillée).

Une bonne paire de jumelle 10x50 fait l'affaire, au-delà elles deviennent trop lourdes et encombrantes, à moins de disposer là aussi d'un trépied. Si vous avez l'occasion, essayez de débusquer une paire de jumelle marine (étanche et offrant une large ouverture), nécessaire pour les observations nocturnes.
  
Pour ma part j'ai opté pour un modèle binoculaire Canon10X30 IS stabilisé, c'est un peu plus onéreux, l'avantage réside comme leur nom l'indique de stabiliser l'image très rapidement sur un objectif en annihilant les tremblements à l'aide d'un petit bouton situé sur le dessus de l'appareil. De plus leur format compact et les matériaux choisis en font un modèle robuste, peu encombrant et rapide à mettre en oeuvre. 

Une boussole graduée ou un compas de navigation afin de repérer le lieu (magnitude) ou surviendrait un éventuel PAN/OVNI et de façon à suivre son trajet du début jusqu'à la fin de l'observation. La boussole permet aussi dans une moindre mesure de vous donner une idée de l'angle d'élévation du phénomène observé.

Une lampe torche (ou frontale) est un élément absolument nécessaire si vous êtes dans le noir total.

Un carnet de note et un stylo/crayon pour noter tous les événements que vous ne seriez pas en mesure d'expliquer sur le coup, en notant, date, heure, lieu d'observation, lieu (ou direction) du phénomène présumé, sa magnitude, angle d'élévation et une rapide description d'ordre général.Tous ces éléments serviront dans la plupart des cas à retrouver le fautif sauf si bien entendu cela ne ressemble en rien de conventionnel...

Vous pouvez également emporter un peu de nourriture et boissons fraîches (ou chaudes) et des vêtements chauds car les nuits peuvent être fraîches même au coeur de l'été, voir un petit repose-fesses pliable.

Le superflu maintenant, bien qu'il peu encore nous rendre bien service...

Les nouvelles technologies permettent bien des facilités, si vous disposez d'un i-Phone ou d'un Smartphone, ces derniers peuvent vous affranchir de certaines choses citées plus haut et bien plus encore... Tous sont capables aujourd'hui d'intégrer à la fois un APN, une micro caméra, un modèle de bonnette spécifique est distribué par UFO-Science. Ils peuvent nous servir de boussole, de montre, de carnet de notes, de détecteur EMF etc... Un accès au web (si la zone est couverte), ainsi vous pouvez consulter en temps réel le trafic aérien sur FlighRadar24 ou Casperflights, de visualiser la position des astres dans le ciel et pour certains je pense, les satellites si vous au préalable vous avez installé Stellarium sur votre appareil. Ou bien utiliser d'autres outils en ligne comme Calsky ou encore Heavens Above. Un pointeur laser (je reste réservé sur l'utilisation qui pourrait en être faite), un gros projecteur puissant peux être utile afin de tenter une "communication.

Vous pouvez également rapporter votre PC portable, il vous rendra les mêmes services, mais pensez à le protéger des éventuelles intempéries (bonnette plastique transparente), ou bien vous abriter sous un parasol. 

Si vous, vous êtes rendu avec le matériel de base que je vous ai décris plus haut, de retour à votre domicile, il vous sera facile grâce à vos notes de rechercher l'information en consultant les outils de vérification "on-line" mis gracieusement à disposition. Je vous conseille également de faire usage de l'application OSPAN mise au point par Cyril Casula si bien entendu vous êtes témoin d'une chose qui sort de l'ordinaire. Elle est disponible sur ANDROID Mobile, Google Play, à l'étude sur iOS Apple Store et depuis peu, vous pouvez déposer directement votre témoignage sur PC (j'ai testé).

Nous pourrions aller plus loin en emportant un théodolite, une caméra thermique, une paire de jumelle infrarouge de seconde ou troisième génération, un télémètre laser etc... Mais nous dépassons alors le cadre de l'amateurisme.

Comment cibler les lieux et en fonction de quoi ?

Dans un premier temps, il conviendra de prendre connaissance des zones qui génèrent le plus de PAN. Un événement récent survenu dans l'actualité (officielle = médias) ou par le bouche à oreille, permet de déterminer un lieu. L'étude des OVNI au cours de près de 70 ans d'enquêtes, a permis de dégager des tendances sur les types d'endroits à privilégier, en tout cas à avoir dans sa ligne de mire. Pour vous aider, je vais citer quelques pistes qui pourront vous servir, à défaut d'obtenir d'autres informations plus précises...

Les choix se porteront sur:

Là ou tout semble différent, c'est un peu dur à comprendre, mais je vais tenter d'expliquer la démarche... Dans un désert, si vous avez un cailloux (ou un rocher), c'est là que vous devriez vous installer vous aurez alors mille fois plus de chance d'apercevoir un scorpion ou un serpent qu'au milieu de nulle part. Ne me demandez pas, je tiens çà en tant que pêcheur sportif aux leurres et carpiste, je fonctionne un peu à l'instinct et passe beaucoup de temps à observer...

Les alentours immédiats d'une centrale nucléaire (cela ne vous a surement pas échappé), idem en ce qui concerne les centrales électriques ainsi que tout le réseau de lignes très haute tension, parfois considéré comme "autoroute" à OVNI. On ne compte plus le nombre de cas à proximité de ces lignes. 

Les sites militaires stratégiques si vous en avez près de chez vous. Les dépôts de munitions et d'armes, il en existe un par exemple à proximité de Verdun.

Les zones industrielles (eh oui !), on y pense pas, mais elles sont régulièrement survolées notamment par quelques "triangles"à basse altitude. Quelle en serait la raison ? J'ai mon avis sur la  question... Les innovations technologiques font l'objet d'une possible surveillance, cela vas des petits sous-traitants jusqu'aux plus gros lobbys, dans des domaines tels que l'aéronautique, le spatial ou l'armement. Je ne cite pas de noms ici, vous serez assez futés pour les identifier d'autant plus qu'il existe des exemples publiques...

Les zones perturbées, j'entends pas là, les zones de reliefs (montagnes, vallées et collines).

Les secteurs miniers, carrières à ciel ouvert, sites d'enfouissement de déchets et autres pôles à vocation sidérurgique ou chimique (sites SEVESO), là aussi il existe quelques exemples parlants...

Nous pourrions encore aller plus loin, mais ces lieux constituent de bonnes bases de départ dans le mode opératoire d'un "tracking UFO".

Que dire encore ? Je suis sûr que j'en oublie... J'aurai pu vous proposer d'avantage d'images. Dans tous les cas, n'hésitez pas à revenir sur mes articles il y aura des réactualisations permanentes. J'espère vous avoir donné un peu l'envie de vous lancer dans cette aventure participative afin de fuir l'ufologie de salon, être au plus près de l'action et de la recherche avant tout.

Bonne chasse à tous !


jeudi 28 janvier 2016

Apparitions Mariales en Lorraine


Précédemment, je vous faisait découvrir le catalogue des rencontres rapprochées du troisième type (RR3) pour le grand quart Nord-Est de la France et du Luxembourg de Raoul Robé, il en était déjà un peu question d'ailleurs... Ici il s'agit de jeter un regard sur les apparitions dites mariales, qui découlent du culte de la Vierge Marie. Ces apparitions mondiales font partie intégrante de la problématique OVNI, les témoins ici de part leur dévotion, principalement au culte catholique, décrivent clairement des apparitions vaporeuses et ou très nettes de personnages féminins s'apparentant à la Sainte Vierge (parfois d'anges), drapées, voilées et généralement d'une blancheur maculé ou bleutée, ces apparitions s'accompagnent parfois de délivrances de messages auprès des témoins comme ce fut le cas à Fatima (Portugal) en 1917 ou une entité de la sorte est apparue de nombreuses fois au cours de plusieurs mois auprès de trois jeunes enfants avant qu'une foule entre 50000 et 70000 pèlerins, journalistes et curieux assiste à l'évolution d'un curieux globe lumineux au comportement contrôlé, intelligent...

Je vous renvois à cet article de Daniel Robin (Ovnis-Direct, Ovni Investigation) et à son ouvrage: "Fatima, le quatrième secret" (PDF) ou il s'emploi de manière très détaillée, à faire la synthèse de tous les éléments en les reprenant à la source, je vous recommande également de suivre son exposé ci-dessous...






Mais revenons à nos apparitions Lorraines, nous l'avons vu, le fait d'une quelconque appartenance religieuse tout comme des corps de métier donnent aux témoins la possibilité de percevoir certaines choses de manière inconsciente que d'autres ne percevraient pas, mais apparaissant comme un réflexe, le cheminement d'une information complexe déformant la réalité. En Lorraine comme ailleurs, nous ne sommes pas en reste, la dernière apparition en date remonte à 2009 dans la commune d'Holving (Moselle-Est), mais toutes aujourd'hui ne sont pas reconnues par le Vatican. J'ai rajouté certaines de ces apparitions sur mes cartes Google Maps avec une icône facilement reconnaissable. Ci-dessous, retrouvez un article extrait du Républicain Lorrain répertoriant les cas concernant notre région (cliquez pour agrandir).




Dans un autre registre, en août 1985, les habitants de Sierck Les Bains (57) découvrait un curieux visage du Christ sur une façade d'une maison, cette fois, il s'agit bien d'un phénomène palpable mais toujours en rapport avec le religieux, à ce jour plusieurs ont bien tentés quelques explications rationnelles mais sans réel succès et démonstration, le mystère courre toujours sur cette commune du Nord Mosellan, plutôt qu'un long discours, je vous renvois vers ces deux liens extraits du site web du Républicain Lorrain...

- Les mystères du Christ de Sierck

- Sierck Les Bains, une ville pleine de spiritualité


Notons la présence dans la commune d'un lieu de culte, dédié au Rosaire, la Chapelle de Marienfloss (visite virtuelle). Les quartzites de Sierck sont également très localisés et reconnus des géologues avertis: carte géologique, nous remarquons la présence de deux importantes failles qui délimitent la commune à l'Ouest dans le sens Nord-Sud et perpendiculairement dans le sens Nord-Est/Sud-Ouest, plusieurs rapports font état de la présence d'OVNI à proximité de failles importantes, d'ou ces détails, d'ailleurs cette commune dans le passé a enregistré sur son territoire entre trois à quatre observations d'OVNI déclarés, mais je m'égare un peu du sujet principal...

Pour revenir une dernière fois à nos manifestations mariales, je dirais qu'elles ne sont pas sans rappeler un autre phénomène similaire, celui des "Dames blanches" mais qui surviennent lors d'un tout autre processus et circonstances, nous aurons peut-être l'occasion d'en reparler à l'occasion...


mercredi 27 janvier 2016

Metz, 10 octobre 1954, un cas qui défraya la chronique...


Description:

Lors de la foire de Metz, en octobre 1954, l'armée avait installé un système radar ainsi que des
projecteurs de D.C.A. Vers 20h10, le 10 octobre, un des puissants projecteurs, qui balayait le
ciel pour la grande joie des badauds, accrocha soudain dans son faisceau un mystérieux objet.
C'était une sorte de globe lumineux, immobile en plein ciel et qui, selon l'expression de certains
témoins, « scintillait comme une boule d'arbre de Noël ».
L'officier présent estima que l'objet devait avoir au moins 50 mètres de diamètre, et qui planait
immobile à environ 12 000 mètres d'altitude.

Pour s'assurer qu’il ne s’agissait pas d'un phénomène ou d'une illusion d'optique, on décida de
procéder à un nettoyage complet du projecteur. On changea aussi les charbons et on ralluma.
L'objet était toujours là.

Pendant trois heures, l'engin resta immobile. Il ressemblait à une sorte de cigare vertical. Puis,
comme rien ne se passait, ont finit par éteindre le projecteur.

Le commandant Cotel, qui dirigeait le détachement de la D.C.A, adressa un rapport au gouverneur
militaire de Metz. Il n'y a pas lieu de prendre en considération ces informations dans ce cas
particulier ».

L'affaire fut classée. Pas un mot de l'observation faite non seulement par les techniciens mais aussi
par les visiteurs, et par les habitants de Metz jusqu’aux faubourgs de Sablon et de Queuleu.
L'objet présentait la forme d'un petit cumulus immobile et de forme régulière.

Mais sa forme, ses dimensions et sa position restaient rigoureusement identiques, de plus le ciel
était parfaitement clair hormis ce cumulus supposé.

Ce qui écarterait la possibilité d'un nuage. Or, un diamètre de 50 mètres fait beaucoup pour un
ballon...

Fait curieux : le radar avait balayé sans cesse le ciel durant l'observation, sans rien accrocher.
Cela pouvait signifier deux choses : soit l'objet n'était pas métallique, soit il se trouvait hors de
portée utile des radars du type de celui qui fonctionnait à Metz.

Découpes et articles de journaux de l'époque...

Ref. 10-oct-54-Metz (Extrait du catalogue de Patrick Gross)


Article du R.L. paru le 22 février 2014 (cliquez pour agrandir)


Une RR3 survenue au coeur de Nancy le 15 novembre 1969 ?


Description de la scène:

Vers 17 heures Mme XX attend à sa fenêtre les pigeons qu'elle a coutume de nourrir tous les jours. Venant de sa droite, en face, au ras des toits, derrière une cheminée elle voit une coupole transparente laissant voir deux têtes.

D'abord elle n'a aucune réaction, regagne la cuisine et là subitement, interloquée, elle retourne à la fenêtre. De derrière la cheminée l'objet sort lentement de sa cachette: disque bombé en métal gris, coupole transparente d'où seule la tête des deux occupants est visible. De nombreuses lumières comme des phares de voiture composent le dessous de l'engin. "Mais c'est une soucoupe" dit-elle à haute voix. Et elle entend, comme chuchoté de l'extérieur à son oreille: "Oui, c'est une soucoupe, n'aie pas peur, il faut que tu regardes". Les deux êtres se regardent, tournent la tête vers le témoin en lui souriant, puis leur tête disparaît à l'intérieur de l'engin. Devant une haute cheminée, sur sa trajectoire, l'objet effectue une chandelle. Au même instant, deux autres ovnis entièrement identiques au premier, avec dans chacun deux humanoïdes visibles, rasent les toits à 70 m d'elle. Le premier objet rejoint les deux autres et la formation s'éloigne vers la rue d'Amerval (Nord-Ouest). Le témoin veut alors avertir ses voisins, mais en se retournant elle se voit dans la glace et constate avec stupeur que son visage et ses mains sont enflés et qu'une bosse, grosse comme un oeuf de pigeon orne son front.

La bosse et le gonflement disparurent une demi-heure après l'observation mais il restera au moins jusqu'en 1978 une cicatrice rouge à l'emplacement de la bosse.

Voici maintenant un PDF de tendance sceptique concernant ce cas avec une autre approche émanant du CNEGU (Comité Nord-Est des Groupes Ufologiques), article que nous devons à Raoul Robé...

Hypothèse économique (Cliquez)

Le but ici n'est pas de favoriser telle ou telle partie, vous n'êtes pas sans savoir que deux groupes distinct s'affrontent en ufologie, ceux qui sont persuadés qu'il existe dans notre environnement une forme de vie inconnue venant nous rendre visite de manière épisodique et ou ciblée (phénomène de vagues), ils sont les plus nombreux, j'en fait partie mais les phénomènes observés peuvent avoir diverses origines, ce qui rends le dossier très complexe, la prudence est donc de mise, je ne privilégie aucune hypothèse tranchée et ceux qui pensent qu'il n'y a rien, que tout est démontrable avec suffisamment d'éléments à retenir et étudier pour tenter d'expliquer un cas (de façon plus ou moins audacieuse et parfois il faut bien le dire aussi, très approximative), car nulle ne détient pour l'heure les clés de ce grand mystère. C'est également l'attitude adoptée par le GEIPAN, expliquer de manière rationnelle les cas qui leur parviennent même si parfois ils ne prennent pas le temps de lire entre les lignes... Quoiqu'il en soit, chacun ici fera sa propre opinion du sujet.


mardi 26 janvier 2016

Contribuer à la recherche et savoir se servir d'un filtre à réseau de diffraction


A l'heure actuelle, le seul moyen de différencier un objet ou artefact produisant de la lumière d'une éventuelle présence "exogène", c'est de disposer un dispositif appelé filtre à réseau de diffraction pouvant décomposer la lumière dans un but scientifique devant l' objectif (APN ou caméra). Je ne vais pas reprendre le discours d'UFO-Science, ils font çà bien mieux que moi, mais simplement inciter les détenteurs de bonnettes à s'entraîner dans un premier temps avec des sources de lueurs connues et de contribuer ainsi à un catalogue, une base de données de spectres différents qui serviront de références étalon si pour une raison X, un réel OVNI lumineux se faisait capturer numériquement, son spectre ne serait pas référencé dans un premier temps, mais nous serions en mesure de dire quelle est sa composition, il resterait potentiellement un objet intéressant d'étude.

Tout savoir sur les réseaux de diffraction et la spectroscopie

Voici à la volée quelques clichés réalisés près de chez moi à l'aide d'un petit APN basique...


                                     

            Réverbère au sodium 1


         Réverbères au sodium 2


         Lanterne Taïlandaise 1


Lanterne Thaïlandaise 2


Une fois vos clichés "dans la boîte", il vous suffira d'expédier vos originaux (sans retouches) afin de préserver les données EXIF en contactant UFO-Science. Tout ce qu'il faut savoir et les démarches à suivre c'est: ICI  

Tel le leitmotiv lancé par Gilles Thomas (ODH Tv), avant de partir en veillée, n'oubliez pas votre APN, caméra numérique et bonnette à réseau de diffraction  ;-)


Cas de "crashe de rien" signalé dans le Républicain Lorrain, faits remontant au 6 février 1997, territoire de la commune de Saint-Avold (57)


Visualiser le document (Fichier PDF)

Pour la petite histoire, tout à commencé avec la découverte d'un texte de quelques lignes sur le site "Banque Ovni" de Franck Marie, texte qui se semble plus être disponible aujourd'hui.

Voici les seules infos obtenues au moment de cette découverte...

06/02/1997 Saint-Avold - Crashe de rien.

"Des témoins semblent observer vers 18h00 un aéronef en perdition, après recherche et l'absence de signalement d'avion ou autre appareil en difficulté, aucune épave n'a pu être retrouvée... Curieusement, trois jours plus tard (09/02/97) s'est produit un véritable crash au décollage sur une piste privée de la commune vers 15h00 (avion immatriculé F-GRCB, modèle Robin DR 400-160)."

J'ai bien évidemment remonté cette information auprès de Joël Mesnard (LDLN), car après-tout, il a été le premier en France à référencer ce type d'événements qui comptent à l'heure actuelle près d'une cinquantaine de cas.

Les investigations ne furent guère faciles. J'avais contacté le SDIS 57 de Saint-Julien les Metz, mais ils m'ont annoncé qu'ils ne traitaient pas ce genre de demande auprès des particuliers. J'aurais très bien pu contacter le centre de secours de Saint-Avold ou me rendre directement sur place, mais je me suis souvenu d'une personne travaillant à l'élaboration du Républicain Lorrain. Avec les éléments de base que j'ai pu lui fournir, il a été possible de remonter la piste facilement au sein des archives du journal, je lui suis reconnaissant et l'en remercie.

Voici un second article extrait du R.L.




Ovni-Pan-Vie extraterrestre ? Un regard français 1945-2013



Document généraliste pour une prise de conscience du phénomène. Conçu et réalisé par Pascal François également disponible sur DocSlide et en format PDF sur la toile.



Observation d'un aéronef non conventionnel à proximité du CET de Cattenom le 10 novembre 2014


Retrouvez le détail de cette observation polémique (en pleine vague "drovni") ayant pour effet de nombreux survols au-dessus de notre parc nucléaire et autres sites stratégiques militaires et ou civils classés SEVESO entre le mois de septembre 2014 et mars 2015 qui pour l'heure n'ont pas étés expliqués de manière rationnelle. Vous remarquerez le manque de vigilance de la part de certains internautes dans mes explications en cliquant: ICI (15 pages de lecture), bon courage !

L'intitulé parle de boule lumineuse, ce qui est inexact, il s'agissait bien sans doute d'un appareil militaire que nous n'avons pas été en mesure d'identifier.

Cette histoire bien évidemment a été reprise par la presse régionale comme Le Républicain Lorrain, L'Est Républicain ou le journal L'Alsace qui se contentent de reprendre le même article à chaque fois, mais aussi sur de nombreux blogs comme celui-ci ou manifestement l'internaute Spinalien se pose des questions sur l'un d'entre-nous...

Divulguer de l'information c'est aussi le risque de prendre du plomb dans l'aile avec des dérives que vous n'êtes pas en mesure de contrôler. Nous avons pu le voir dans les grandes vagues précédentes (1954 et 1990 notamment), avec des faits qui ne peuvent être remis en question et une multitudes de dérives dues en partie aux journalistes de l'époque et des enquêteurs pro-soucoupistes. A cela, rajoutez une dose de psychose dans la population (les OVNI étaient partout), sans compter un nombre non négligeable de fausses déclarations et canulars. Aujourd'hui nous sommes un peu mieux armés, outillés et organisés mais cela n'empêche pas pour autant quelques dérives tout de même...


20 août 2015: Observation d'un OVNI triangulaire à Fey (57)


Témoignage déposé sur le forum "Les Mystères des Ovni" (cliquez)


Pour info, nous avions pris contact avec le témoin et convenu d'un R.D.V. Celui-ci ne s'est jamais manifesté malgré notre attente de près de 40 minutes, et pour cause ! Il y a eu confusion sur la date retenue pour l'enquête (commentaire reçu par MP). Les messages laissés sur son portable se sont soldés par un échec et il ne s'est plus jamais manifesté depuis sur le forum en question. Celui-ci à été classé PAN D et donc a de l'importance.

Aussi, je réitère ma requête dans la perspective qu' il tomberait par hasard sur ce blog. Je suis également à la recherche d'éventuels autres témoins pour ce soir là...


lundi 25 janvier 2016

Soirée t'chat ODH Tv sur les observations dans le sillon Mosellan (Vidéo 2013)

Etude Géo'ufologique en Lorraine (Vidéo 2015)

Catalogue des rencontres rapprochées humanoïdes du Nord-Est de la France et du Luxembourg (Raoul Robé)

Fichier PDF (cliquez)

Le cas de l'amarante (Nancy, 21 octobre 1982)







Cartes OVNI Google Maps pour la région Lorraine







  • Pourquoi avoir élaboré de telles cartes et dans quel but ?

Pour une raison très simple, elles n'existaient pas... La seule étant disponible est celle du GEIPAN couvrant certes toutes les régions Françaises, mais qui, manifestement, n'est pas réactualisée et reste incomplète à ce jour. L'une des raisons qui m'a poussé à les créer est qu'il me fallait savoir ou se produisait le plus souvent ces phénomènes inexpliqués. Une vision globale sur carte est idéale pour se faire une première idée. C'est aussi dans le but de cibler certaines zones pour une surveillance sur le terrain avec le matériel nécessaire en organisant quelques veillées avec d'autres passionnés. Ma seule erreur est d'avoir créé dans un premier temps, une carte pour le département de la Moselle et d'en créer une seconde pour le reste de la Lorraine et les territoires limitrophes. Ce qui génère à l'usage des superpositions des deux cartes avec l'apparition de quelques doublons qui disparaîtront lors des prochains traitements.

J'invite d'autres passionnés à faire de même via Google Maps ou depuis peu, avec le Géoportail qui permet de faire apparaître de multiples trames comme mettre en "surbrillance" les réseaux de lignes haute-tension ou les centrales nucléaires par exemple. Quelques unes de ces nouvelles cartes sont actuellement disponibles comme en Bretagne à l'initiative de Loreline du forum "Les Mystères des Ovni" et d'autres voient le jour. Gilles Thomas (ODH Tv) réalise un travail plus ambitieux à l'aide de ces cartes pour une recherche ciblée en fonction de la géologie du terrain et les réseaux faillés, étude sur laquelle je me suis un peu penché et que je vous présenterais ultérieurement.

Comment trouver les cas ?

C'est la tache la plus ardue. Elle demande un peu de méthode et de connaître les différentes bases de données, y compris mondiales. On peut retrouver des cas Lorrains dans les bases de données Américaines remontant à la seconde guerre mondiale ou bien plus récemment dans celle du MUFON, organisme mondial. Imaginez un seul instant qu'un Américain en vacances en Lorraine ou dans une autre région Française fasse une rencontre fortuite avec une manifestation étrange. Il ne lui viendrait pas à l'idée un seul instant de la signaler en Gendarmerie et par définition un traitement réalisé en aval par le GEIPAN. Il s'empressera de signaler son observation dans cet organisme Américain. La base de données du GEIPAN sera votre point de départ, dans la description figurant sur la page web de mes cartes Google Maps. Vous y trouverez un récapitulatif des sources que j'ai utilisées pour les réaliser. L'information transite aussi via les plateformes vidéos comme Youtube ou Dailymotion. Les internautes peuvent avoir filmé un phénomène régional intéressant. Il est donc nécessaire de disposer d'un compte pour échanger avec eux et se déplacer si nécessaire. La presse régionale diffuse aussi parfois des informations, mais elles peuvent être incomplètes ou erronées tout comme sur de nombreux autres sites web, forums ou blogs. Il faut être vigilant et procéder, si nécessaire à un filtrage en évitant ce qui semblent être à l'évidence de simples lanternes Thaïlandaises ou de survols d'aéronefs par exemple. 

J'ai eu la chance d'assister (avec quelques sessions de retard), aux premiers Repas Ufologiques organisés sur Metz et d'y rencontrer un enquêteur de longue date, chercheur, avec lequel j'ai sympathisé. C'est un ami aujourd'hui et le climat de confiance mutuel a fini par déboucher sur l'obtention de sa base de données personnelle, avec des enquêtes réalisées par lui-même depuis les années 60 ainsi que des sources émanant d'anciens articles de journaux. Pour arriver à la réalisation des ces cartes, l'idéal serait que vous puissiez rencontrer un tel personnage. Il existe encore pas mal de petites associations et enquêteurs privés mais il est difficile de les connaître tous. Un travail basé sur Google Maps a été réalisé il y a peu par Guislain Sanchez (ex boss de "Race Ovni" et "la Centrale Ufologique). Il répertorie ainsi sur cette carte les positions et coordonnées des intéressés. Bien sur elle demande à être étoffée avec le temps, mais c'est un bon début pour vous rapprocher des sources qui définiront votre travail d'investigation ou simplement faire appel à l'un d'entre-eux pour mener une enquête.


Carte des associations ufologiques et enquêteurs privés.




...

Ufologie de terrain: Bilan Ovni 2015 en Lorraine (Vidéo)

Ufologie de terrain: Bilan Ovni 2014 en Lorraine (Vidéo)

dimanche 24 janvier 2016

Présence PAN/OVNI en Lorraine, présentation en quelques lignes de ce projet partagé...

                  

Le GIFAPS (ancienne association locale aujourd'hui disparue)



Pourquoi une telle initiative ? 

Il n'existe pas à l'heure actuelle de travail visible d'enquêtes et de réflexions sur ces phénomènes à l'échelle régionale, voir locale en ce qui concerne le secteur ou je suis installé. J'estime que pour tenter de cerner la question, il est nécessaire de se focaliser sur un périmètre d'investigations restreint, simplement dans le but de procéder à d'éventuelles vérifications sur le terrain. Je tente donc par mes propres moyens, de diffuser de temps à autre quelques informations pouvant intéresser d'autres chercheurs ou curieux de passage...

Dans quel but ?

Les premiers signalements d'objets ou de phénomènes lumineux dans la région remontent au 19ème siècle, c'est à dire bien avant que le sujet soit popularisé avec le crash de Roswell en 1947 ou avec le terme de "soucoupe volante" (Flying Saucer ou Flying Disc) attribué à Kenneth Arnold lors du retour d'un vol au-dessus du Mont Rainier dans l'état de Washington de la même année. La position sceptique est de démontrer par tous les stratagèmes possibles que ces phénomènes n'existent pas (ils en sont pour la plupart convaincus). Pour ces derniers, ils s'expliquent en partie par une pollution psycho-sociale perpétrée par des films, ouvrages de Science-Fiction, des réminiscences de croyances et légendes populaires, de l'incroyable pouvoir de persuasion des médias et enquêteurs "pros soucoupistes", d'innombrables méprises célestes et de canulars, c'est tout juste s'ils ne font pas abstraction des phénomènes rares d'ordre géophysique, sujet que je développerai à l'occasion...

Les méthodes pseudo-scientifiques ne sont pas le seul apanage des sceptiques, elles sont employées également par des personnes très avisées en matière d'enquêtes virtuelles à travers cet excellent forum: "OVNI-Ufologie - Les Mystères Des OVNI", cela permet dans un premier temps de dégager dans les grandes lignes les témoignages qui leur parviennent. Mais rien ne remplacera les déplacements sur le terrain et le contact direct avec les témoins, les investigations seront plus fines et détaillées, plus près de la réalité.

Ce phénomène est mondial, les cas se comptent par millions. De nombreux documents militaires déclassifiés sont aujourd'hui consultables. Par exemple, des enregistrements de traces radar furtives et imprévisibles confirmant les témoignages visuel des pilotes civils et militaires, des centaines d'épisodes de survols de centres nucléaires, de sites de stockages de missiles et lieux sensibles militaires. E tout ceci depuis de nombreuses années ne serait que du vent ? Je peine à y croire... Il faut être franchement dans un déni de basse fosse pour penser une chose pareille devant tant d'éléments certes indirects mais laissant présager vraiment de manière épisodique d'une présence "exogène" à défaut d'être clairement prosaïque.

Les enquêtes in-situ sont une chose, mais l'un des buts ici, est de rassembler un maximum de passionnés ou de volontaires et d'être amené à effectuer des veillées sur le terrain dans des zones précises avec du matériel ad-hoc sans oublier l'indispensable bonnette à réseau de diffraction (distribution UFO-Science) qui, à elle seule peut écarter les phénomènes lumineux conventionnels.

Pour aller plus loin, l'idéal serait de d'installer une ou plusieurs stations de surveillance automatisées sur les zones qualifiées "d'exogènes" suite aux nombreux signalements recueillis depuis de nombreuses années. Cette façon de faire est en vogue et représente l'avenir de l'ufologie, une recherche active grâce aux nouvelles technologies désormais accessibles au grand public.

Au fil de ce blog, je vous ferais part de mes travaux d'enquêtes, de recherches et réflexions personnelles sans prétention sur la question avec présentation de cartes régionales réalisées via Google Maps (exportables via Google Earth) que vous pouvez d'ores et déjà consulter dans l'onglet "Liens utiles". Je reste à votre écoute en particulier si vous avez été témoin d'un phénomène peu banal, vous trouverez un formulaire de contact sur cette page, n'hésitez pas à l'utiliser.

Merci pour votre intérêt et à bientôt !